La Maîtresse et la Servante

Frick Collection.  New-York.
Vers 1667.  90 cm par 79 cm.


    La servante apporte une lettre à sa maîtresse dont l'attitude évoque l'interrogation. C'est là la part de mystère que Vermeer sait mettre dans ses scènes de genre, alors que d'autres peintres de l'époque auraient donné un contenu moralisateur ou symbolique plus explicite.
    
    Dans ce tableau nous retrouvons les éléments distinctifs de Vermeer: composition soignée, ses couleurs préférées (le bleu de la toile de soie et le jaune de satin de la veste), des lettres, des perles... la manière subtile dont la lumière est utilisée, qui donne un blanc lumineux à la lettre et au visage de la dame. La lumière se révèle dans la représentation subtile d'une fenêtre, pas visible dans le tableau mais reflétée dans les objets en verre posés sur la table.

    La maîtresse porte une veste de satin jaune, également appelée "jak" ou "manteltje". Il s'agissait à l'époque d'un vêtement d'intérieur que portaient les femmes issues de la classe moyenne et de la haute société pour se tenir chaud. La servante porte un simple corsage en laine brune au-dessus d'une chemisette et un tablier bleu vif.

    La Frick Collection est exposée dans l’ancienne résidence d’Henry Clay Frick (1849-1919) que l’on visite. C'est un hôtel particulier de style néoclassique érigé en 1913.  Le musée détient 3 des 37 tableaux connus de Vermeer.