Sur la Terrasse à Sèvres.  Marie Bracquemond.   Petit Palais. Genève. 1880


Sur la Terrasse à Sèvres

 Marie Bracquemond.   (1840 – 1916)
 
Petit Palais. Genève.
1880 ;  88 cm par 115 cm


Marie Bracquemond a également eu une activité de céramiste, son mari Félix, étant devenu directeur artistique de l’atelier parisien de la firme Charles Haviland, industriel de la porcelaine de Limoges. Lors de l’exposition universelle de 1878, la manufacture Haviland expose cinq panneaux d’une porte exécutée d’après des cartons de Marie Bracquemond. Cet intérêt pour la céramique se trouve confimé, cette même année, par sa collaboration, avec son mari, à la création du Service à fleurs et rubans, d’esprit japonisant, pour la manufacture Haviland.

En 1890, usée par les tensions au sein de son couple et découragée par les critiques incessantes et le manque d’intérêt de son époux pour son œuvre, Marie cesse de peindre. Elle meurt à Paris le 17 janvier 1916, deux ans après son époux.

Dans la préface de l’exposition posthume, à la galerie Bernheim, en 1919, Gustave Geffroy, qui a été extrêmement proche du couple, évoque à la fois la santé fragile de M. Bracquemond et le caractère extrêmement difficile de son mari. Il écrit, à propos de Marie : « son maître de prédilection fut toujours Claude Monet, dont elle ne cessa de parler avec enthousiasme ».

Une grande partie des œuvres de Marie Bracquemond appartient à des personnes privées, elles ne sont que rarement présentées lors d'expositions de femmes peintres ou d'impressionnistes.