les Raboteurs de parquet. Gustave Caillebotte. Musée d'Orsay. Paris. 1875.


les Raboteurs de parquet

Gustave Caillebotte. (1848 - 1894)

Musée d'Orsay. Paris.
1875.   102 cm par 147 cm.


Ce tableau de Gustave Caillebotte constitue une des premières représentations du prolétariat urbain. Si les paysans  ou les ouvriers des campagnes  ont souvent été montrés, les ouvriers de la ville ont très rarement fait l'objet de tableaux. Contrairement à Courbet ou Millet, Caillebotte, bourgeois aisé, n'introduit aucun discours social, moralisateur ou politique dans son œuvre. L'étude documentaire (gestes, outils, accessoires) le place parmi les réalistes les plus chevronnés.

Le tableau surprend par son sujet (de petites gens auxquelles il n’était pas d’usage de s’intéresser) comme par son cadrage en plongée. L’artiste exprime par ces choix son intérêt pour d’authentiques ouvriers-artisans. Peut-être a-t-il lui-même été sensible au travail que ces ouvriers ont réalisé dans l'appartement qu'il habitait. Caillebotte célèbre ici la dignité des travailleurs et l’amour du travail bien fait. Il valorise la qualité et la compétence des ouvriers, leur solidarité.

Présenté au Salon de 1875, le tableau est refusé par le Jury, sans doute choqué par ce réalisme cru (certains critiques ont parlé de "sujet vulgaire"). Le jeune peintre décide alors de se joindre aux impressionnistes et présente son tableau à la seconde exposition du groupe en 1876.